Lettres inédites ... à Marc Michel Rey, publ. par J. Bosscha (Google eBook)

Front Cover
1858
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 7 - Rey de mes respects, et croyez que je suis de tout mon cœur, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur JJ ROUSSEAU.
Page 52 - ... d'une si grande importance en fait de style que je la mets immédiatement après la clarté, même avant la correction ('). 3.
Page 30 - aurait des spectacles et conserverait ses mœurs : "les représentations théâtrales formeraient le goût "des citoyens, leur donneraient une finesse de "tact, une délicatesse de sentiments qu'il est bien "difficile d'acquérir sans ce secours...
Page 160 - Français fût mieux dans son devoir que j'y suis. Mais quant à mes principes de doctrine, à moi républicain, publiés dans une république, il n'ya en France ni magistrat, ni tribunal, ni parlement, ni ministre, ni le Roy lui-même qui soit même en droit de m'interroger là-dessus et de m'en demander aucun compte. Si l'on trouve mon livre mauvais pour le pays, on peut en défendre l'entrée ; si on trouve que j'ai tort, on peut me réfuter, voilà tout. Que votre amitié ne vous inspire donc...
Page 37 - ... votre diligence et votre attention à l'avenir. Je n'ai pas dessein de vous imposer un silence qui vous puisse être préjudiciable , je me borne sur le secret que je vous ai recommandé à deux choses : la première que vous ne le rompiez que le plus tard qu'il se pourra sans nuire à vos intérêts; la seconde qu'avant d'écrire soit ici, soit à Genève, soit à vos correspondans , vous m'écriviez à moi préalablement , afin que je prenne les devants auprès de M. d'Alembert, et qu'il apprenne...
Page 184 - Je vous demande pardon, mon cher Rey, de mes continuelles importunités , mais je suis dans un extrême souci sur l'écrit que je vous ai envoyé; en y revenant de sang froid, je le trouve peu digne de l'impression ; les disgrâces ont achevé de m'ôter le peu de génie qui me restoit; d'ailleurs, quoique je m'y sois beaucoup fatigué, j'ai fait cet ouvrage trop à la hâte; et je le trouve si froid, si plat, si peu correct, que je crains qu'il ne fasse plus de tort que de bien à ma réputation...
Page 139 - En ne me prêtant point aux moyens de lever ces difficultés je les puis rendre insurmontables, auquel cas Duchesne n'a d'autre parti à prendre que de publier ces deux premiers volumes, et de faire imprimer les deux autres par Néaulme. Or, ce que je puis faire ici pour que cette affaire vous revienne, c'est de résilier mon marché avec Duchesne pour la moitié de mon ouvrage et de vous substituer en son lieu et place pour cette même moitié. Alors Duchesne sera obligé de faire avec Néaulme...
Page 296 - Puisque vous vouliez me faire graver, projet qui du reste n'a jamais été de mon goût, j'ai pensé qu'il valoit mieux que vous m'eussiez ressemblant que défiguré; c'est pour cela que j'ai préféré M. de la Tour comme incapable de se prêter aux manœuvres qui ont guidé le pinceau de Ramsay et les crayons de Liotard.
Page 31 - M. d'Alem"bert, de l'Académie Françoise, de l'Académie "Royale des Sciences de Paris, de celle de Prusse, "de la Société Royale de Londres, de l'Acadé"mie Royale des Belles-Lettres de Suède, et de "l'Institut de Bologne...
Page 55 - Comme je suis prompt et que chaque faute que j'aperçois me donne un moment d'humeur qui passe, je suis bien aise de vous répéter à vous et à votre ami que je salue et remercie, qu'à tout prendre je suis fort content de la correction. Il s'en faut beaucoup que l'autre Discours [sur l'Inégalité] ne soit aussi bien

Bibliographic information