Histoire de Constantinople: Depuis lórigine de Byzance jusqu'à la conquête de Constantinople par les Tures, inclusivement

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 470 - Ces premiers Pontifes, en ne se mêlant des querelles temporelles que pour les apaiser, en avertissant les rois et les peuples de leurs devoirs, en reprenant les excommunications pour les grands attentats, auraient toujours été regardés comme des images de Dieu sur la terre.
Page 200 - Justinien est donc vraiment originale. Mais elle n'est pas la découverte fortuite de quelque esprit supérieur à son siècle; c'est une œuvre chrétienne, préparée depuis deux cents ans par le travail incessant du christianisme, et éclose à une époque où le christianisme était tout.
Page 107 - Et in Spiritum sanctum, Dominum et vivificantem : qui ex Patre Filioque procedit: qui cum Patre et Filio simul adoratur et conglorificatur: qui locutus est per Prophetas. Et unam, sanctam, catholicam et apostolicam Ecclesiam. Confiteor unum baptisma in remissionem peccatorum. Et expecto resurrectionem mortuorum, et vitam venturi saeculi. Amen.
Page 114 - L'orateur pensait quelquefois avec son talent ; malheureusement il écrivait presque toujours avec le goût de son siècle. « Ce grand prince nous a quittés, » dit-il au commencement de son discours ; « mais il ne nous a pas quittés • tout entier ; il nous a laissé ses fils , en qui nous devons « le reconnaître , en qui nous le voyons et le possédons « encore. La faiblesse de leur âge n'est pas un sujet de « crainte ; la fidélité des soldats donne des années à l'em
Page 470 - L'intérêt du genre humain demande un frein qui retienne les souverains, et qui mette à couvert la vie des peuples : ce frein de la Religion aurait pu être, par une convention universelle, dans la main des Papes. Ces premiers Pontifes, en ne se mêlant des querelles temporelles que pour les apaiser, en avertissant les rois et les peuples de leurs devoirs, en reprenant...
Page 109 - Jérusalem; adieu, vous toutes, demeures sacrées de la foi, les secondes en dignité, qui embrassez les diverses parties de cette ville, et qui en êtes comme le lien et la réunion ; adieu, saints apôtres, céleste colonie , qui m'avez servi de modèle dans mes combats; adieu, chaire pontificale, honneur envié et plein de...
Page 130 - Mais vous savez, mes amis, la véritable cause « de ma perte; c'est que je n'ai point tendu ma demeure « de riches tapisseries; c'est que je n'ai point revêtu des « habits d'or et de soie; c'est que je n'ai point flatté la « mollesse et la sensualité de certaines gens. Il reste « encore quelque chose de la race de Jézabel; et la grâce
Page 110 - Adieu, vous qui aimiez mes discours, foule empressée où je voyais briller les poinçons furtifs qui gravaient mes paroles. Adieu...
Page 454 - Un écrivain turc a bizarrement retracé son portrait physique ; il compare son nez aquilin à un bec de perroquet reposant sur des cerises ; sa barbe noire était aussi épaisse que des fils d'or joints ensemble, et sa moustache ornait ses lèvres comme des feuilles de barolie posées sur un bouton de rose. Ses yeux noirs étaient petits, vifs et brillants. Ses joues, pleines et rondes étaient nuancées de teintes rouges et blanches. Sa taille était moyenne et bien prise. Il montait à cheval...
Page 339 - ... côté est fortifié par un double mur garni de tours, lequel s'étend depuis la mer jusqu'au palais, sur un espace de deux milles.

Bibliographic information