Mélanges littéraires, composès de morceaux inédits de Diderot, de Caylus, de Thomas, de Rivarol, d'André Chénier, etc

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 148 - Avoir parcouru l'un et l'autre hémisphère, traversé les continents et les mers, surmonté les sommets sourcilleux de ces montagnes embrasées où des glaces éternelles bravent également et les feux souterrains et les ardeurs du midi ; s'être livré à la pente précipitée de ces cataractes écumantes, dont les eaux suspendues semblent moins rouler sur la terre que descendre des nues; avoir pénétré dans ces vastes déserts, dans ces solitudes immenses, où l'on trouve à peine quelques vestiges...
Page 79 - Vous désirez savoir mon sentiment sur l'ouvrage que vous avez bien voulu me confier et que je vous renvoie. Le voici : Je le trouve dur, sec, plein d'humeur et pauvre d'idées. L'auteur ne me paraît ni assez pourvu d'expérience, ni assez fort de raisons pour briser son adversaire comme il se l'est promis.
Page 219 - Votre muse, au pipeau servile, Immortalisa dans ses chants Les lacs pompeux d'Ermenonville Et les fiers jets d'eau de Marly , Les déserts bâtis par Monville , Et les hameaux de Chantilly.
Page 216 - C'est là que, dévouée à d'infâmes caresses, Des muletiers de Rome épuisant les tendresses . Noble Britannicus , sur un lit effronté , Elle étale à leurs yeux les flancs qui t'ont porté ! L'aurore enfin paraît , et sa main adultère , Des faveurs de la nuit réclame le salaire.
Page 147 - Du génie pour les sciences, du goût pour la littérature, du talent pour écrire, de l'ardeur pour entreprendre, du courage pour exécuter, de la constance pour achever, de l'amitié pour vos rivaux, du zèle pour vos amis, de l'enthousiasme pour l'humanité : voilà ce que vous connaît un ancien ami, un confrère de trente ans, qui se félicite aujourd'hui de le devenir pour la seconde fois.
Page 148 - ... descendre des nues ; avoir pénétré dans ces vastes déserts, dans ces solitudes immenses où l'on trouve à peine quelques vestiges de l'homme, où la nature, accoutumée au plus profond silence, dut être étonnée de s'entendre interroger pour la première fois ; avoir plus fait, en un mot, par le seul motif de la gloire des le.ttres , que l'on ne fit jamais par la soif de l'or : Voilà ce que connoît de vous l'Europe , et ce que dira la postérité.
Page 216 - Quand de Claude assoupi la nuit ferme les yeux. D'un obscur vêtement sa femme enveloppée, Seule avec une esclave, et dans l'ombre échappée, Préfère à ce palais tout plein de ses aïeux Des plus viles Phrynés le repaire odieux. Pour y mieux avilir le sang qu'elle profane, Elle emprunte à dessein un nom de courtisane : Son nom est Lycisca.
Page 213 - Egalait à nos yeux l'opulence des rois. Vois ces vases sans art, leurs formes sont vulgaires ; Mais nos chiffres unis te les rendront plus chères ; Mais ils faisaient l'honneur de ce léger festin Qui charmait près de toi les heures du matin. H élas ! le ciel pour moi ne marquera plus d'heures...
Page 216 - Des plus affreux plaisirs la trace encore récente, Rien ne peut réprimer l'ardeur qui la tourmente : Un lit dur et grossier charme plus ses regards Que l'oreiller de pourpre où dorment les Césars. Tous ceux que dans cet antre appelle la nuit sombre, Son regard les invite et n'en craint pas le nombre. Son sein nu, haletant, qu'attache un réseau d'or, Les défie et triomphe et les défie encor.
Page 12 - ... genre, et qu'un vernis de littérature s'est répandu sur toutes les conditions de la société, alors ces chambres privilégiées, le faste de leurs inscriptions, leurs séances, leurs adoptions et leurs exclusions, excitent plus de murmures que d'émulation : attaquées par les aspirans qu'elles repoussent, elles ne sont jamais défendues par leurs membres ; le vœu général est contre elles, les bons mots se multiplient, et après avoir rendu à une nation le service de lui donner une académie,...

Bibliographic information